L’Atelier rue du soleil est un espace d’exposition situé à Fraïssé des Corbières dans l’Aude, entre Sigean (15 Km) et Durban (7 Km).


––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Dès son ouverture en 2005, des peintres abstraits géométriques et des céramistes sont montrés en alternance avec des lectures, des conférences et des salons du livre. A partir de 2014 des artistes ou plasticiens proches des milieux de l’architecture s’inscriront également au programme des expositions.

———————————————

L’Atelier rue du soleil est également éditeur et depuis septembre 2019 il s’associe à l’ Atelier la Feugraie pour la gestion de son fonds. (pour obtenir la liste des ouvrages disponibles cliquer sur Atelier la Feugraie) ou écrire à Alain Roger 1bis, rue de la vieille église 14123 Fleury-sur-Orne.

Atelier rue du soleil, poésie

80 p. – 15 x 21 cm – tirage 70 ex. – 10 €

Atelier rue du soleil, art

24 p. – 15 x 21 cm – 60 ex. – 6 €


Pour mémoire quelques expositions :

Kunibert fritz, peintures – Philippe Godderidge, céramiques, 2010.
Pierre Millotte, peintures – Farida Le Suavé, céramiques 2011

Jean-François Dubreuil, peintures – Anne Verdier, céramiques, 2013.


Jean-François Dubreuil, peintures – Anne Verdier, céramiques
Bernard Calet, Olivier Thuault, Les si follement maisons, 2014


Ode Bertrand, peintures – Maarten Stuer, céramiques
Frédéric Bouffandeau, peintures – Rémy Jacquier, sculptures

Michel Duport – Vladimir Skoda, sculptures. 2017.

Les salons du livre et les lectures publiques

Puig & Pujol, architectes, Toulouse

Benoît Jalon & Umberto Napolitano, architectes, Paris

Lacaton & Vassal, architectes, Paris
Une série de cinq cartes postales mettant en scène cinq personnalités du village ont été éditées pour annoncer le 3è salon du livre de Fraïssé


67 artistes, poètes et éditeurs ont été invité à l’Atelier rue du soleil

Michel Kanter, Jean Panossian, Tony Harding, Claire Lindner, Georges Ayats, Kunibert Fritz, Pierre Millotte, Claude Pasquer, Pascal Mahou, Jean François Dubreuil,  Ode Bertrand, Maude Maris, Michel Danton, Claire Lindner, Coralie Courbet, Nadia Pasquer, Quintette Meister, Philippe Godderidge, Farida Lesuavé, Virginie Hervieux, Maarten Stuer, Yo Winter, Danielle Lescot, Jean-François Leroy, Benoît Géhanne, Rémy Jacquier, Bernard Calet, Olivier Thuault, Jacques Demarcq, Gerry Difonzo, Michel Duport, Paul Collins, Vladimir Skoda, Claudine Capdeville, Philippe Boutibonnes, Guy Lecerf, Antonya Wolfram, Philippe Compagnon, Jacques Jouet, Olivier Salon, Fabienne Yvert, Bruno Heitz, Georges Monti, Benoît Casas, Jean-Pierre Chevais, Jean-Claude Mattrat, Marie Hélène Lafon, Franck Guyon, Editions Nous, Hubert Tonka, L’Echoppe, Marguerite Waknin, Le Temps qu’il fait, Editions du chemin de fer, Revue Rehaut, Editions du Linteau, Le point du jour, Le crayon qui tue, Revue Fusée, Iconomoteur, Atelier la Feugraie, Le Castor Astral, Jean-Baptiste des Gachons, Edition de l’Attente, Michel Rossigneux

Mai

Michel Rossigneux, 21 petits monuments

Architectures-sculptures

17 mai – 15 juin 2019, vendredi, samedi, dimanche, 15 à 19 heures
Vernissage vendredi 17 mai 2019, à partir de 18 heures

Michel Rossigneux, peintre et sculpteur conçoit ces petites architectures autour d’un vide primordial et d’un silence qu’il partage avec les mystiques orientaux

 

Exposition 21 petits monuments, 17 mai – 15 juin 2019 à l’Atelier rue du soleil

Juillet

 Jean-François Dubreuil – Philippe Compagnon

dessins et peintures

17, 18, 19, 20 juillet et 4 août de 11 h à 18 h

et sur rendez-vous

vernissage mercredi 17 juillet à partir de 18 heures

 

Moins figuratif que référentiel, le travail de Jean-François Dubreuil prend appuie sur les supports d’informations imprimés, hebdomadaires et surtout quotidiens (régionaux, nationaux, étrangers). Chaque tableau résulte de la traduction plastique, non pas du contenu de ces journaux, mais des surfaces occupées par leurs rubriques, soit de la une, soit de la totalité de la publication. La couleur répond aux même types de contraintes. A la base une grille immuable : le rouge pour les publicités, le noir pour les photos, le gris ou le blanc pour tout ce qui n’est pas mis en évidence par les autres couleurs…

Sélection des principales expositions
  • 2006 Musée Matisse, le Cateau-Cambrésis
  • 2007 Centre d’Art Contemporain Bouvet Ladubay, Saumur
  • 2009 Stadtgalerie Klagenfurt, Autriche
  • 2010 Musée de Sens
  • 2010 Espace de l’Art Concret, Mouans-Sartoux

Les idées ne viennent pas du tout de l’extérieur. Je pense que je suis influencé par ce qui m’entoure, la vie quotidienne, les publications, l’urbanisme, etc. Cela me nourrit, mais tout ce que je fais ne correspond pas du tout à une réalité. Elles ne sont pas une représentation du réel. Beaucoup de choses m’intéressent: le brillant et le mat, le gras et le maigre, le contraste du noir et du blanc, les couleurs chaudes, les couleurs froides. Le résultat fait qu’il y a une composition, qu’il y a une force…

Philippe Compagnon

Septembre

Ouverture de l’atelier Chamfleury (art et typographie) à Fleury-sur-Orne

Praticable N° 1 Installation, sculptures souples d’Agnès Barthé
Conception et réalisation du praticable, Alain Roger

Mars 2020 (Atelier Champfleury)

l’Atelier Chamfleury présente trois artistes ayant en commun leur intérêt pour l’architecture de façon détournée. 

Il s’agit de : 

— Rémy Jacquier : six sculptures s’élaborant sur un système très personnel d’équivalence avec la littérature, la science ou la musique. Chacune ayant une approche semblable au concept élaboré, rejoint le statut de sculpture dans la précision de l’élaboration. De tailles modestes, elle développent des sinuosités, des circulations complexes se rapprochant d’architectures libres et autonomes.

— Michel Rossigneux : Six sculptures  “ hors boîte “ conçues comme un assemblage de plusieurs pièces en bois dont la présentation s’effectue à l’intérieur de boîtes en carton. Avec l’ouverture du dispositif, on découvre le géométral donnant accès à la construction de la sculpture. Chacune décrit une possibilité d’amener le regard sur une visée permettant de transpercer les assemblages produits. Architectures sans but, plus proches d’observatoires que d’habitations, elles sont des élaborations de projets divers autour d’une même recherche, une définition de l’Espace-Temps proche d’une conception orientale.

— Olivier Thuault : Deux œuvres en carton sur pilotis. Elles semblent en proie à une évolution architecturale d’où surgissent des excroissances chaotiques à l’équilibre précaire. “ Les bétons fiction “ . A partir de souches géométriques en béton se développent des arborescences de carrelets.  Tout cela pousse in situ et naît en plusieurs endroits du lieu d’exposition. Les dessins (24 x 30 cm) produits d’une pratique quotidienne accompagnent ce champ d’expérimentation et sont la trace de ces déclinaisons multiples, autour de ces architectures papillonnaires. Dont on comprend à la fois la rêverie et la rigueur.

Agnès de Saint Barthèlemy

Au premier plan : Rémy Jacquier « Pavillon Parker », au centre Michel Rossigneux « les Charpentes »,
au fond Olivier Thuault « Béton fiction » à gauche et  « Sans titre 2012-2013 »
Au premier plan Michel Rosssigneux «les Charpentes » au fond, Rémy Jacquier « Pavillon Warbug »
Rémy Jacquier de gauche à droite, premier plan : « Pavillon Parker », « Pavillon Warbug », « Latour # 2 »
Olivier Thuault, 9 dessins

20 juin 2020

« Bauhinias après l’orage », Guy Lecerf, photographies récentes

20 juin 2020

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close